mardi 2 janvier 2007

Le Chili, un acteur agressif


Le Chili est un acteur majeur sur le marché du vin grâce à une stratégie de conquête très agressive qui lui a permis de devenir le neuvième producteur mondial (en 2005) ainsi qu’un des principaux exportateurs mondiaux. En quinze ans, les exportations (qui représentent les 2/3 des débouchés) de vins chiliens ont connu une croissance exponentielle de 635% en passant d’un chiffre d’affaires de 120 millions de dollars en 1992 à un CA de 877 millions de dollars en 2005 . La filière viticole chilienne reste en plein essor et l’attractivité économique du pays (liée à sa stabilité) attire les investissements étrangers. Ces performances sont le résultat de l’interaction de plusieurs facteurs :

- Une ambition forte et commune qui se traduit dans les objectifs de la filière : Un chiffre d’affaires de 1,4 milliards de dollars en 2010 soit une hausse de plus de 50%.

- L’activité viticole constitue une composante fondamentale de l’économie chilienne et représente environ 1 % du PIB national

- Des investissements importants et des projets d’innovation public-privé dans les capacités et les modes de production ce qui permet au Chili d’offrir un vin de bonne qualité à un prix très abordable.

- Des actions de promotion sur les principaux marchés

- Conditions et environnement propice à l’activité viticole

Pourtant les forces du Chili sur le marché viticole mondial sont à relativiser, la production viticole chilienne ne représente qu’un septième de la production française en 2005 (avec respectivement 6,7 millions d’hectolitres et 48 millions d’hectolitres produits) et son marché intérieur est à la baisse avec une consommation par habitant très réduite de 17 litres par an quand un français en consomme 64,3 litres. De même les Chiliens sont soumis à forte concurrence et sur certains marchés comme les Etats-Unis, le Brésil et le Royaume-Uni, ils perdent des parts de marché. Il est particulièrement intéressant de constater que les vins du nouveau monde ne s’opposent pas de manière coordonnée aux vins des pays « traditionnellement producteurs ». Aux Etats-Unis et au Brésil, les chiliens se battent au coude à coude avec les producteurs argentins pour garder leur position. Le Chili s’oppose aussi à l’Union Européenne et à la France à travers l’appellation Champagne qui est utilisé pour de nombreux vins effervescents au Chili : les exportations de champagnes chiliens représentent 3,7 millions de dollars en 2005 (Source : Vinas de Chile).

Ce type de pratique montre l’importance des guerres qui se jouent au niveau de la propriété intellectuelle et les appellations dans le marché mondial du vin. Le contrôle de ces appellations garantit les débouchés pour de nombreux producteurs de vin. Le Chili est donc un concurrent très important pour la France et il fait partie des grands exportateurs mondiaux. Sa rapide ascension traduit son agressivité et sa capacité à conquérir des parts de marchés. Dans un marché mondial en stagnation, les rivalités concurrentielles vont continuer à s’accentuer et le Chili va devoir faire preuve de tout son savoir-faire pour tirer son épingle du jeu.

Libellés :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil