mardi 24 avril 2007

Quand la bière marche sur les plates-bandes du champagne


Pour continuer notre courte série sur la bière, un arret intéressant de la Cour de justice européenne en date du 19 avril dernier a donné raison à un brasseur belge qui dans sa publicité et sa communication comparait explicitement sa bière de luxe au champagne. Certains "mots clés" évocateurs, tels que Reims, Epernay, ou Brut étaient susceptibles de porter à confusion. Arguant du fait que sa bière "Malheur" était fabriquée selon des méthodes champenoises, le brasseur, Emmanuel De Landtsheer, a d'abord perdu le procès intenté devant les juridictions belges par le Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne et Veuve Clicquot Ponsardin. Il a alors porté l'affaire devant la Cour de justice européenne qui vient de lui donner raison.
Son argumentaire est à peu près le suivant: étant donné le caractère strict de l'appellation d'origine "champagne", il ne peut y avoir de confusion avec la bière belge.
Bière et champagne n'ont de plus pas été considérés comme des produits substituables, ce qui fait tomber les accusations de publicité comparative.

Cette affaire montre bien à quel point les questions de propriété intellectuelle sont cruciales dans le secteur des vins et autres boissons alcoolisées. Le brasseur belge, en voulant profiter du prestige associé au champagne, n'a fait que "s'inspirer" des pratiques en la matière d'un géant en vin en devenir: l'Inde, pour n'en citer qu'un...

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil