vendredi 25 mai 2007

Liège ou pas ? Le point de vue du consommateur



Après quelques recherches, je n’ai pu trouver de sources « objectives ». En effet, mettons nous d’accord sur le fait qu’une étude est toujours commandée par un mandataire. Il est alors difficile de trouver une étude qui n’ait pas été commandée par un acteur de l’industrie du vin qui n’ait pas (même un petit peu) de parti pris. Une affirmation de la sorte remet certes en cause l’indépendance des organismes de sondages, ainsi que leur professionnalisme. Cependant, nous ne vivons malheureusement pas dans le monde des bisounours…





Quelques chiffres : le marché mondial du bouchon est estimé à 18 Milliards d'unités. La "matière liège" représente au total près de 15 milliards d'unités, les synthétiques 2 milliards, les capsules à vis 1 milliard. (Sources : Oeneo Bouchage)


Selon une étude récente du Tragon Corporation (California) sur les consommateurs français, britanniques, australien et américains, on retient que les consommateurs préfèrent le bouchon de liège lorsque le prix du vin augmente. De plus, le bouchon à vis n’est pas très bien accepté pour les occasions particulières (événement, soirée…). On peut en déduire que le bouchon de liège est associé chez les consommateurs à un vin de qualité, comme partenaire naturel et indissociable du vin, surtout avec l’importance croissante du packaging. (Sources: Wine Business)


Aussi, les chiffres d'un sondage établi sur le marché français par la Sofres en 2002, sur un échantillonnage de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus sont éloquents: 85 % des personnes interrogées jugent indispensable ou préférable que la bouteille qu’ils vont acheter soit bouchée avec un bouchon de liège. Les sondés sont d’accord à 92 % pour dire que le bouchon de liège est meilleur pour respecter l’intégrité du vin. Le liège constitue un signe de qualité pour un vin pour 90 % d’entre eux. Il revêt aussi une importance protocolaire: 80 % pensent qu’on ne peut servir à des invités qu’un vin bouché avec du liège. Toutefois, le liège semble moins incontournable aux yeux des jeunes: 25 % des 18/24 ans disent que le type de bouchage leur est égal.


En Suisse : 80% des vins sont bouchés via des capsules à vis.
En Australie : les synthétiques concernent 30% de la consommation.
Aux USA : le bouchon de liège concerne 75% de la consommation, le synthétique 17% et la capsule 8%.



La préférence entre le bouchon à liège et le bouchon à vis est différente selon le pays. Le bouchon est-il une question d'influence culturelle?

Libellés :

4 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

Je trouve cet article un peu bouchonné dans la mesure où c'est un bouchon en liège qui est traditionnellement le mieux adapté pour conserver du vin.
Les bouteilles de vins avec un bouchon de plastique c'est la villageoise!

26 mai 2007 à 13:40:00 UTC+2  
Blogger Sandra Nguyen a dit...

Cet article ne cherche pas à prendre position, mais juste un état des lieux des préférences de consommation. En tout cas, merci pour votre commentaire, et entre nous je suis d'accord avec vous. Cependant la lutte entre l'industrie des bouchons de liège et ceux en plastiques ainsi que les capsules à visse est réelle et prend des proportions croissantes.

26 mai 2007 à 14:06:00 UTC+2  
Anonymous Alexandre a dit...

Je suis curieux de voir comment ce serait conservé un très bon milésime de Saint-Julien dans 20 ans avec un bouchon en plastique.

29 mai 2007 à 12:27:00 UTC+2  
Blogger Hugues d'Antin a dit...

Pour Alexandre: c'est justement le gros argument des producteurs de capsule à vis: 80% de la production mondiale se boit dans les deux ans... Alors certes pour les longues conservations ils ne nient pas les mérites du liège, mais pour le reste, ils sont bien décidés à prendre des parts de marché!

30 mai 2007 à 16:50:00 UTC+2  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil