lundi 11 juin 2007

Interview de Renaud Piazzetta, de l'Institut Méditerranéen du Liège


1) En quoi le bouchon représente-t-il un débouché important pour le liège?

Le liège est l’écorce d’un arbre méditerranéen – le chêne-liège – qui a l’extraordinaire faculté de se régénérer après avoir été récoltée. Les utilisations du matériau liège sont très nombreuses : dalles d’isolation thermique et/ou acoustique, semelles de chaussures, panneaux d’affichage, mais aussi des produits plus confidentiels comme les balles de baby-foot, les volants de badminton, des joints d’étanchéité pour l’automobile et jusqu’à des revêtements utilisés dans l’industrie aérospatiale. Mais le produit star reste le bouchon en liège naturel. Il ne représente pas l’utilisation principale du liège en terme de quantité (20 à 30 % maximum), mais il est en revanche le produit qui assure la plus grande rentabilité au moment de fixer le prix d’achat en forêt, car ce sont les lièges de meilleure qualité qui sont utilisés par l’industrie bouchonnière. En résumé : si le liège venait à ne plus servir pour les bouchons, les prix du liège s’effondreraient, les forêts de chênes-lièges ne seraient plus exploités ni entretenues, ce qui mettrait directement en cause leur pérennité dans certaines régions. Il faut savoir que les forêts de chênes-lièges ont souvent été étendues artificiellement, et sont donc intimement liées à la main de l’homme pour leur préservation.


2) Quel est l'état actuel d'exploitation des forets de liège en Europe? Y'a-t-il d'autres zones de production dans le monde?


On appelle les forêts de chêne-liège des « suberaies », du latin suber qui veut dire liège. Les principaux pays producteurs sont le Portugal, l’Espagne et le Maroc, mais on trouve aussi des suberaies en Algérie, en Tunisie, et en Italie (en Sardaigne principalement). En France, le chêne-liège est présent à l’état naturel en Corse, dans le Var (massifs des Maures et de l’Estérel), dans les Pyrénées-Orientales (massifs des Albères et des Aspres) et en Aquitaine (sud des Landes et sud-ouest du Lot-et-Garonne surtout).

La première récolte, appelée « démasclage », est pratiquée lorsque l’arbre atteint 70 cm de circonférence, soit vers l’âge de 30 ans. Le liège ainsi récolté s’appelle le « liège mâle ». Il est très crevassé, dur et cassant, et il ne peut donc pas être utilisé pour fabriquer des bouchons. Sa valeur commerciale est pour ainsi dire nulle. Le liège qui repousse après le démasclage est appelé « liège femelle » ou « liège de reproduction ». Il est beaucoup moins crevassé, plus homogène, et c’est à partir de ce moment là que l’on pourra l’utiliser en bouchonnerie. On le récolte lors de l’opération appelée « levée » ou « levage », quant il a atteint l’épaisseur suffisante pour permettre le tubage des bouchons, soit 3 cm environ. Cette épaisseur est atteinte plus ou moins rapidement selon les régions de production : 9 ans dans le sud-ouest de la Péninsule Ibérique et au Maroc, 12 voire 15 ans dans les secteurs plus montagneux comme c’est le cas en France par exemple.

Le marché du liège a connu un véritable pic à l’approche de l’an 2000, allant de pair avec les ventes de champagne et l’apparition de nouveaux pays roducteurs de vins. D’après l’ICMC-IPROCOR[1], l’année 2000 a été celle au cours de laquelle la plus grande quantité de liège a été récolté au niveau mondial (310 000 tonnes), et malgré cela on se situait encore 20 % en deçà des capacités de production maximale de la suberaie mondiale. Aujourd’hui, la production mondiale annuelle de liège est fortement redescendue, principalement à cause de la concurrence des produits de bouchage alternatifs (plastique et capsule aluminium) ; cela montre qu’il n’y a absolument aucun risque de pénurie de liège pour les décennies à venir, et donc aucun risque de surexploitation, d’autant plus que les plantations réalisées dans les années 1980 en Espagne et au Portugal grâce aux fonds européens entreront bientôt en production.

3) Le Portugal est leader dans la production de liège. Comment la situation évolue-t-elle ? Des pays comme l'Espagne ou les pays du Maghreb peuvent-ils rattraper le Portugal?

C’est en effet le Portugal qui est le premier producteur mondial de liège, avec environ
130 000 tonnes/an, car il s’agit tout simplement du pays qui abrite les plus grandes superficies boisées de chênes-lièges : 850 000 ha contre 725 000 ha pour l’Espagne et
350 000 ha pour le Maroc. Or on ne peut pas étendre les plantations de chênes-lièges à l’infini : il possède des exigences écologiques notamment en ce qui concerne le sol et le climat qui font qu’on ne peut pas le planter partout. Il y a en revanche de nombreuses forêts qui ont été délaissées et qui ne demandent qu’à être remises en production, notamment en Algérie où on estime la superficie forestière boisée de chênes-lièges à plus de 400 000 ha, mais aussi plus près de nous en France. Il faut savoir que le chêne-liège couvrait plus de
150 000 ha en France métropolitaine à la fin du XIXème siècle, contre à peine 50 000 ha aujourd’hui ! La baisse des cours du liège en France à partir de la 2ème Guerre Mondiale a fait que nombres de suberaies n’ont plus été exploitées – ni donc entretenues – ce qui a abouti à une régression du chêne-liège face à d’autres essences forestières plus dynamiques. Dans nos pays industrialisés où la forêt est gérée durablement, ce n’est donc pas l’exploitation qui met en péril la forêt, mais au contraire son abandon.

Ils existe néanmoins des menaces auxquelles les gestionnaires forestiers sont confrontés, comme par exemple la multiplication des périodes de sécheresses dans certains secteurs qui affectent durement les peuplements forestiers (et pas seulement le chêne-liège) et qui favorisent la pullulation de divers pathogènes (insectes ou champignons), où encore le surpâturage qui empêche toute régénération naturelle dans certaines suberaies du Maghreb.


4) Quels sont les relations que vous entretenez avec les producteurs de liège? (financements, partenariats...)

L’Institut Méditerranéen du Liège est avant tout une association de propriétaires forestiers producteurs de liège (les subériculteurs). Nous travaillons donc principalement en amont de la filière. Localement, nous avons un rôle dans l’animation de la filière, qui se matérialise par plusieurs concrétisations, notamment la mise en œuvre d’une Charte Forestière de Territoire de la Suberaie des Albères et des Aspres dans les Pyrénées-Orientales, en partenariat avec les organismes de la Forêts Privée, les pouvoirs publics et les élus locaux, qui permet entre autre de mobiliser des financements pour la réalisation de travaux forestiers, d’effectuer des études sur la qualité du liège ou encore d’engager des réflexions sur l’extension des friches et leur impact sur le risque feu de forêts. Nous incitons également les producteurs à se regrouper au sein d’une association de gestion forestière qui leur permettra de réaliser des travaux d’amélioration et de commercialiser leur liège.

Nous collaborons enfin avec les centres de recherches des autres pays producteurs, notamment par le biais de l’organisation de Vivexpo, manifestation scientifique et technique sur le liège organisée tous les 2 ans à Vivès dans les Pyrénées-Orientales.


5) Avez vous une politique de lobbying ou de communication au niveau européen?

C’est à mon avis le principal tournant de ces dernières années. Au début de l’appartition des produits de bouchage en plastique ou en aluminium, qui accusaient le liège de tous les maux, les industriels du bouchon ont eu une attitude parfois trop défensive. Cette remise en question du monopole du liège pour le bouchage des vins a cependant amené les industriels à se structurer et à faire un énorme pas en avant en ce qui concerne la traçabilité et la qualité du bouchon, notamment grâce à l’application du Code International des Pratiques Bouchonnières initié par la CE-Liège[2]. Par exemple plus un seul fabricant de bouchon aujourd’hui ne possède pas de laboratoire afin d’effectuer des contrôles organoleptiques sur leur matière première.

A présent que les bouchonniers se sont mis au niveau de la concurrence, ils peuvent engager des campagnes de communication mettant en avant les qualités du matériau liège, de son rôle dans la maturation du vin à son intérêt écologique en tant que produit naturel et renouvelable. Ce sont principalement des grands groupes comme Amorim (portugais n°1 mondial du liège) ou encore le groupe français Oeneo qui sont les plus à même de communiquer à une large échelle.

Du côté des producteurs, plusieurs initiatives sont à détacher : la Confédération des Organisations de Sylviculteurs d’Espagne a récemment lancé une campagne de communication avec pour slogan « 5 raisons de choisir le liège », principalement à destination des consommateurs anglo-saxons. Il y a également la filiale espagnole du WWF qui mène depuis maintenant quelques années des actions de soutien en faveur de l’utilisation du bouchon de liège, garant de la préservation des suberaies et par la même occasion de la flore et de la faune qui y sont associées ; là aussi ces actions visent principalement les marchés anglo-saxons, d’où proviennent la plupart de attaques contre le liège. Soulignons enfin la toute récente création de RETECORK, le Réseau des Territoires Subéricoles, dont l’une des premières initiatives fut la présentation le 9 mars 2007 d’une question parlementaire à la Commission Européenne par l’intermédiaire d’eurodéputés espagnols, portugais et italiens, concernant l’utilisation du liège pour le bouchage des produits viti-vinicoles, l’objectif étant d’aboutir à terme à une directive européenne rendant obigatoire l’apposition sur les bouteilles de vin du type de bouchage utilisé. Une telle mesure permettrait (enfin) au consommateur d’être informé quant au type d’obturateur, et ainsi de faire son choix en toute connaissance de cause. Il faut également savoir que d’ores et déjà certaines Dénominations d’Origine, comme en Catalogne par exemple, imposent l’utiliser d’un bouchage à base de liège. C’est également le cas chez nous pour le Champagne.


[1] Institut pour la promotion du liège situé à Mérida (Espagne).

[2] Confédération Européenne du Liège.

Libellés : ,

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil