mercredi 14 novembre 2007

Le gout et le pouvoir: Nossiter snipe le monde du vin

C'est le titre d'un livre de Johnatan Nossiter cinéaste et ancien sommelier qui s'est fait connaitre grace au documentaire Mondovino présenté au Festival de Cannes en 2004. Ceux qui ont vu ce documentaire reconnaitront dans le livre les thèses chères à l'auteur. Le monde du vin sous l'influence de quelques uns, est en train de sombrer dans une uniformisation du gout. La typicité des vins, l'importance du terroir sont menacées par la recherche du profit des grands groupes (c'est le coté idéologique de Nossiter qui transparait).

Face à cette situation Jonathan Nossiter retrace dans son livre sa quete initiatique pour répondre à cette question: comment réapprendre la liberté du gout en matière de vin? "Le gout et le pouvoir" est une suite de scènes et de témoignages récoltées par l'auteur en France des producteurs bourguignons jusqu'aux rayons vin d'Auchan, entrecoupes de réflexions politico-philosophiques.

J'ai particulièrement retenu celles figurant en introduction, dans laquelle l'auteur aborde le paradoxe de la démocratie du gout, qui parait impossible tant le bon gout est associé à l'élite. La preuve par l'exemple au cours des scènes racontées par Nossiter ou il tente avec quelques uns de ses amis amaturs éclairés de trouver une manière "démocratique" de parler du vin. Le lecteur non éclairé est totalement dépassé par les tirades hermétiques des uns et des autres ce qui montre bien que ce coté élitiste du vin est peut etre indépassable sous peine de sacrifier toute les spécificités du produit.

Ce qui en revanche est bien montré par l'auteur est la complexité des messages véhiculés aujourd'hui par les acteurs du monde du vin dont certains brouillent les pistes en surfant sur la tendance du terroir ou du bio de manière totalement illégitime.

Bref, on ressort de la lecture avec plus de questions que de réponses mais "le gout et le pouvoir" a le mérite de faire voir derrière les enjeux économiques, dont Vin Spirit IE s'est fait une spécialité, des problèmes plus profonds qui permettent de considérer le vin comme autre chose qu'un simple produit de consommation. L'autre interet du livre est aussi son approche pragmatique. Pour peu que l'on comprenne l'esprit subversif de l'auteur,le récit de ses expériences oenologiques à l'Atelier de Joel Robuchon, avec le sommelier du Plaza Athenée ou avec Aubert de Villaine, producteur du célébrissime Romanée Conti, permet une immersion passionante dans les coulisses du vin.

Prochaine "fiche de lecture": Robert Parker, anatomie d'un mythe, d'Hanna Agostini, ancienne collaboratrice de Parker. En ligne quand j'en aurai fini la lecture!

Petit aparté pour vous signaler le très bon documentaire diffusé hier sur Arte sur la "guerre du camembert" que vous pouvez regarder pendant encore 6 jours en ligne sur grace au site Arte+7. Il pose a bien des égards des questions tres proches de celles abordées sur ce blog : intégrité des AOC, défense du terroir, stratégies d'influence, interférence des normes politiques...


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil