lundi 30 avril 2007

Le marché du vin en Italie

L’Italie possède une culture du vin plus que millénaire et plusieurs vins italiens figurent parmi les meilleurs et les plus grands noms du monde viticole.

Sur de nombreux aspects, les producteurs italiens sont en concurrence avec les producteurs français. De même, ces deux pays sont confrontés à des problématiques parfois similaires : consommation domestique en chute, concurrence des vins du nouveau monde et évolution des modes de consommation.

L’Italie est le premier exportateur de vin en 2006 avec 17 millions d’hectolitres (source Article de La Tribune) devant la France qui a repris à l'Espagne le deuxième rang des volumes exportés (14,7 mhl contre 13,9). Les Etats-Unis sont le premier pays d’exportation des producteurs italiens (en valeur) et leur part de marché atteignait 31% en 2005, devant l’Australie (29%) et la France (14%). Cette position donne un avantage certain à l’Italie au sein de la compétition mondiale dans la mesure où le marché américain va devenir le marché le plus important d’ici à 2010 (voir notre article sur les Etats-Unis).

On constate aussi en marge de ces grands marchés que les producteurs italiens se positionnent sur les marchés porteurs comme la Chine, l’Inde ou la Russie. En 2005, les exportations vers ces pays ont respectivement augmenté de 115 % , de 70 % vers l’Inde et de 50.7 %. (Source Vitisphere).

L’Italie est le deuxième marché mondial du vin en volume avec 27,3 millions d’hectolitres, derrière la France (32,8 millions d’hectolitres) et aussi c’est le troisième pays consommateur du monde avec litres/habitant par an (source Note de conjoncture mondial de l’OIV en mars 2006) derrière la France (55,4 litres/habitants) et le Portugal (52,6 litres/habitants).

Pourtant, l’Italie est confrontée comme la France à une baisse de sa consommation domestique depuis une dizaine d’années, ce qui pousse les producteurs à chercher de nouveaux débouchés à l’exportation.

Face à la France, l’Italie fait figure de « co-opétiteur » ce qui signifie qu’elle représente à la fois un concurrent (vente de vins, compétition pour le titre de premier exportateur) et un partenaire (participe à la création des marchés et fait partie des pays traditionnellement producteurs). Ces deux pays dominent encore le marché du vin mais sont bien loin de leurs positions d’antan et doivent maintenant faire face à une concurrence multipolaire sur un échiquier mondial.

Libellés :

2 commentaires:

Blogger sandrine a dit...

cette article nous donne en effet des chiffres et vous soulevez un point interessant sur les producteurs qui cherche de nouveaux débouchés à l’exportation.Quels sont t'il ?

2 mai 2007 à 12:01:00 UTC+2  
Blogger Vincent Hallade a dit...

Les débouchés à l'exportation sont multiples. Bien que la consommation des vins baissent dans les pays traditionnellement consommateurs comme l'Espagne, l'Italie et la France, on constate le développement de marchés comme les Etats-Unis (1er marché mondial d'ici 2010), le Royaume-Uni (1er marché européen d'ici 2010). A côté de ces marchés, émergent des acteurs comme la Russie, l'Inde et la Chine dont les populations sont de plus en plus attirées par le vin. Sur ces marchés les perspectives de croissance sont importantes et il est vital pour tout producteur de se positionner sur ces derniers.

2 mai 2007 à 19:11:00 UTC+2  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil